Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/117

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
113
L’HOMME AU CORPS SUBTIL

tremblantes, il déclara qu’il faisait beaucoup plus chaud à l’intérieur du serpentin, — ce qui était un mensonge.

— «… Huit… Sept… Six… »

Le silence, rompu de loin en loin par des roulements de voitures et de tramways, se rétablissait avec empressement. Alors les bruits familiers de la maison donnaient en sourdine leur brave petit concert domestique : une machine à coudre s’activait au rez-de-chaussée ; l’entre-choc des bouteilles sortait du soupirail de la cave ; à l’étage supérieur, des pas intermittents…

Et pendant cela, dans la chambrette ardente et polaire, aux murailles comme en fusion, la merveille suivait son cours, et le serpent de clarté continuait d’enrouler sa trombe incantatoire autour du charmant criminel.

— «… Trois… Deux… Une !… »

Tout à coup, sans qu’on entendît rien de plus, le réprouvé s’enfonça dans le parquet mille fois plus vite que le Méphisto de l’Opéra. Le temps de choir, il avait disparu. Ni trou, ni trappe, et cependant il n’y avait plus