Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
111
L’HOMME AU CORPS SUBTIL

tant, giratoire. Un serpentin de feu blanc lovait ses anneaux splendides autour de Morand. Cette lumière veloutait le contour de la tubulure incandescente ; elle parcourait sa vrille de la base au sommet, avec une rapidité fulgurale. Ainsi, la machine paraissait tournoyer dans une ascension frénétique. Morand fermait les yeux. Il resplendissait. Si jeune et si beau, si méchant, si pâle et si radieux, il fut le vivant portrait de Lucifer, un grain de sable avant la chute.

Aucun grésillement d’étincelle. Le miracle s’accomplissait dans une humble simplicité. La couleuvre ignée vissait infatigablement au sein du repos sa montée immobile. Du froid se fit sentir ; elle en rayonnait.

Morand, les paupières entr’ouvertes et clignotantes, parla le premier :

— « Rudement pas chaud, là-dedans !… Mais je ne sens rien d’autre… Est-ce comme ça qu’il faut que ça se passe ? Est-ce que ça ne vient pas petit à petit, la subtilité ? »

— « Non », répondit la voix d’outre-terre. « Au bout d’un quart d’heure, quand le point de saturation se trouve atteint, subitement