Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/112

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
108
L’HOMME AU CORPS SUBTIL

— « C’est que… »

— « Au travail, je vous dis ! »

Morand se tenait debout dans la volute.

— « Ah ! j’y songe : rendez-moi mes clefs », demanda le physicien.

— « Pourquoi ? Ça presse ? Je vous les rendrai tout à l’heure. »

— « Ah, non ! Tout à l’heure, si vous les conserviez, elles seraient, comme vous, transformées, perméables, et alors je ne pourrais plus m’en servir pendant seize heures et douze minutes… — Oh ! mais », s’exclama-t-il tout à coup d’une façon curieusement soudaine et bruyante, « j’oubliais le principal, moi ! Oh ! oh ! quel étourdi ! Voyez-vous, il faut que je préserve mon individu contre la lumière Y, sans quoi… »

Il ouvrit un placard où pendaient quelques draperies argentées. Il choisit l’une d’elles et se mit en devoir de la revêtir. C’était une grande cagoule qui retomba sur lui, le cachant tout entier, comme à jamais. Un pénitent, une figure de processions expiatoires et d’autodafés, remplaçait le professeur. Des lunettes trouaient la capuce, leurs disques de verre