Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/304

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

songe était un péché, il a fait une exception pour les médecins.

— Eh bien ! moi, exceptionnellement, je ne mens pas, aujourd’hui, du moins, voilà tout ! Je me réserve pour une occasion où la vérité me sera défendue ! En attendant que la preuve vous en soit donnée, on va vous louer, aux environs de Paris, sur les bords de la Marne ou de la Seine, une jolie villa où, dans les premiers beaux jours, le plus tôt possible, nous irons nous installer tous : vous, Gilbert, la fillette, la tante Bertin, moi-même, sans oublier Pierre, car Blanche, sans son noir, ne nous laisserait pas une seconde de tranquillité. Des arbres, des fleurs, le grand air, ce sera votre hôpital ! Vous ne le trouverez pas trop lugubre, et vous voyez que nous ne débutons pas bien tristement ! Mais jusqu’à votre départ, du calme, du repos, pas de papillons noirs ! Nous ne connaissons plus ni Mme Daltès, ni la grande comédienne. Nous n’avons ici que Mlle de Tiessant, une bonne petite bourgeoise qui doit vivre sans secousses morales ni physiques, n’ouvrir son piano que pour jouer Orphée aux enfers, ne lire que Dumas ou Paul de Kock, et avoir confiance absolue en son médecin !

Bernel avait jeté toutes ces phrases avec un sourire si franc que la pauvre enfant, profondément émue de cette nouvelle preuve d’affection du brave garçon, lui tendit les deux mains, et lorsqu’il y eut laissé tomber les siennes, elle l’attira vers elle pour l’embrasser et lui dire :