Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/242

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tête entre ses mains pour imprimer ses lèvres sur son front ; mais avant qu’il eût même le temps de lui rendre son baiser, elle se sauva.

Le créole, qui, tout stupéfait, avait suivi sa maîtresse des yeux, se retourna vers Raymond. Celui-ci, sans attendre que son ami l’interrogeât, lui dit aussitôt :

— Mlle de Tiessant, mon cher artiste, vient de me faire la plus étrange des confidences et de soumettre à mon approbation, bien qu’elle fût décidée à s’en passer, le plus insensé des projets. Tu l’as entendue m’autoriser à parler ; j’ai doublement le devoir, par conséquent, de ne te rien cacher. Fais-moi seulement le plaisir de t’armer de calme, d’abord parce que cela t’aidera à mieux comprendre la folie généreuse de ta compagne, et ensuite parce que j’ai la conviction que si tu résistes à sa prière tu la rendras fort malheureuse.

— Parle, je t’en prie, cet exorde-là m’épouvante, fit le sculpteur, avec une émotion qu’il ne cherchait point à dissimuler.

— Oh ! il n’y a pas lieu de t’épouvanter. Bref, voici ce dont il s’agit.

Et Bernel raconta alors comment Éva, à la suite d’une lettre outrageante de son père, avait résolu de se créer une situation indépendante ; comment, logiquement, cette résolution l’avait conduite à l’idée de mettre à profit ses dispositions pour la carrière dramatique, et comment, enfin, après avoir étudié pendant près d’une année, elle était sur le