Page:René de Pont-Jest - Le Serment d’Éva.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tr’ouverte : celle de l’antichambre de l’atelier de Ronçay. Le plus profond silence régnait dans cette partie de la maison.

Éva s’arrêta brusquement pour demeurer immobile, pâle, ses grands yeux allant alternativement de cet escalier à cette porte.

Puis, tout à coup, en mettant la main sur sa poitrine pour comprimer les battements de son cœur, elle sentit les roses qu’elle y avait placées, et alors, prise d’une sorte de vertige, le sourire aux lèvres, elle poussa la porte du vestibule et franchit le seuil de l’atelier du créole.

Gilbert était assis sur un escabeau, le menton dans les deux mains et ses regards fixés sur sa « Vierge des Flots ».

Mme Bertin lui avait appris la veille l’enlèvement de Robert, ainsi que le désespoir de sa nièce, et depuis ce moment-là il maudissait la lâcheté de ce mari qui, convaincu de son déshonneur, ne lui en demandait pas raison, à lui qu’il disait être l’amant de sa femme. Il le tuerait ; il faudrait bien alors qu’on rendît l’enfant à sa mère !

Il regardait donc avec amour ce groupe, œuvre de ses mains, composé précisément d’une mère divine, sous les traits de l’adorée, et d’enfants qui l’imploraient, lorsque le bruit de la porte que Mme Noblet avait repoussée derrière elle le fit se retourner.

— Vous ! s’écria-t-il stupéfait, en s’élançant vers elle !

La jeune femme l’arrêta du geste, en lui disant,