Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/361

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs (illustrations).djvu
Le temple des singes, à Bénarès.

Il avait tiré son poignard de sa ceinture et il s’était élancé sur Schubea pour venger son ami.

Le serviteur ne fit pas un mouvement pour se défendre.

— Frappe, maître, lui dit-il, ma vie t’appartient. La caravane de Moura-Sing ne devait entrer à Bombay qu’avec toi seul. Pour tous, tu es le prince ! Moi, je n’ai fait qu’obéir.

Nadir laissa tomber son arme, et lorsque Schubea, à qui il avait fait signe de s’éloigner, eut disparu derrière les rideaux de la tente, il se jeta avec un sanglot sur le palanquin de son ami.