Page:René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs.djvu/337

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

René de Pont-Jest - Le Procès des Thugs (illustrations).djvu
Ses hommes s'étaient hissés sur un éléphant. (Page 342.)

Quoique, depuis cinquante ans, il lui fût passé par les mains les pierres les plus rares de l’Orient, jamais il ne s’était figuré, même dans ses rêves de joailler, qu’il pût en exister une collection aussi splendide que celle qu’il avait sous les yeux.

Il se découvrit malgré lui, souleva l’abat-jour de la lampe pour mieux y voir, et arma ses yeux d’une loupe grossissante.

Il avait devant lui, pouvant tenir dans les deux mains, et abstraction faite même de la valeur considérable de leurs montures précieusement ciselées, des bijoux dont le prix était incalculable.