Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Colombine.

On voit bien que vous vous ressentez toujours de la fierté romaine ; vous aimez les titres ; et, si l’on n’y tient la main, vous vous mettrez de pair avec les mouleurs de bois, et vous prendrez dans vos affiches la qualité de conseillers du roi.


Un portier, à Roquillard.

Monsieur, il y a là-bas un gros homme qui fait le diable à quatre pour entrer ; il dit qu’il s’appelle le Parterre.


Le Comédien François.

Malepeste ! Il faut lui ouvrir la porte à deux battants ; c’est notre père nourricier. Qu’il entre, en payant, s’entend.


Le Parterre, habillé de diverses façons, ayant plusieurs têtes,
un grand sifflet à son côté et d’autres à sa ceinture,
prend Roquillard par le bras et le jette par terre.

À bas, coquin.


Roquillard.

Le Parterre a le ton impératif.


Le Parterre, à Roquillard.

Qui vous fait si téméraire, mon ami, d’usurper ma juridiction ? Ne savez-vous pas que je suis seul juge, et en dernier ressort, des comédiens et des comédies ? Voilà avec quoi je prononce mes arrêts.

(Il donne un coup de sifflet.)

Le Comédien François, déclamant.

Prends un siège, Parterre, prends, et sur toute chose *

(*) Ce vers a une syllabe de trop.