Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Roquillard, lui frappant sur l’épaule.

Elle a raison ; il lui faut un homme tout entier : un homme n’est déjà pas trop pour une femme, il n’en faut rien supprimer. (à part.) Je ne veux pas la lui donner, moi.


Arlequin, allant fièrement sur Roquillard.

Parlez, parlez donc, barbe de chat ; avez-vous jamais été tué ? Savez-vous que quand un homme comme vous refuse sa fille à un homme comme moi, j’assiège la fille en forme comme une place de guerre ? Vous allez voir.


Des soldats de la suite du Major entourent Roquillard, en lui présentant de tous côtés la pointe de la hallebarde ; et pendant ce temps Arlequin emmène Isabelle. Les soldats et Roquillard forment une danse, qui sert de divertissement pour le troisième acte.

FIN DU TROISIÈME ACTE.