Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/57

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Arlequin.

Je m’en sers pour lire les mémoires de mes créanciers ; et aussitôt lus, aussitôt payés.


Pierrot.

Vous étiez donc à Namur ?


Arlequin.

Si j’y étais ? Oui, par la sambleu ! J’y étais ; j’en suis encore tout crotté.


Pierrot.

Et en quelle qualité, monsieur, serviez-vous dans l’armée ?


Arlequin.

Moi, servir ! Hé ! Pour qui me prenez-vous donc ? Je commandois en chef le détachement des brouettes qui enlevoient les boues du camp.


Pierrot.

Vous aviez là, monsieur, un commandement digne de vos mérites.


Arlequin.

Trop heureux, mademoiselle, si avec la brouette de mon amour je pouvois enlever la crotte de votre indifférence, et vous épouser à la tête de ma compagnie !


Isabelle.

Franchement, monsieur le Major, je voudrois bien épouser un homme tout entier.


Arlequin.

Que dites-vous, la majoresse de ma minorité ?