Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


refaire à mon attitude ; mais quand on a été, comme moi, soixante ans exposé aux périls de Mars, on est bien heureux de n’avoir qu’une jambe de bois.


Roquillard.

De pareilles incommodités sont lettres patentes de noblesse ; et tout le chagrin que j’ai, c’est de n’avoir pas laissé quelque jambe ou quelque bras à l’arrière-ban.


Arlequin.

Vous étiez là, beau-père, dans un corps dont les membres ne courent pas grand risque, et où le vivandier a plus de pratiques que le chirurgien. Mais vous n’aurez pas plus tôt fait trente ou quarante campagnes dans mon régiment, qu’il ne vous restera pas une seule dent dans la bouche.


Roquillard.

Il me semble aussi qu’il y a quelque chose à redire à vos yeux.


Arlequin.

Oh ! Ce n’est rien ; c’est qu’au dernier siège il me tomba dans la prunelle gauche une bombe.


Roquillard.

Une bombe !


Arlequin.

Et cela a un peu dérangé l’économie du nerf optique. Mais quoique je n’en voie goutte, je ne laisse pas de m’en servir utilement.


Isabelle.

Utilement ! Et à quel usage ?