Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/55

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vider sa futaille,
Emporter son manteau,
Je suis doux comme un agneau.

Lorsque mon hôte est raisonnable,
Je ne cherche que son profit ;
Si je passe la nuit à table,
C’est pour ne point user ni ses draps ni son lit :
Pourvu qu’il me donne pour mon ustensile
Sa femme, sa fille,
Sa servante Isabeau,
Je suis doux comme un agneau.


Mais j’entends nos équipages.


Scène VII.

ARLEQUIN, en capitaine, avec une jambe de bois ;
ISABELLE, ROQUILLARD, COLOMBINE.



Arlequin.

Ne soyez point surprise, mademoiselle, de voir un amant démantelé : la mousqueterie de vos yeux estropie les libertés les plus libres, et devant vous les cœurs les plus fiers ne marchent qu’en béquilles.


Isabelle.

Je ne croyois pas, monsieur, que mes yeux fissent des effets si terribles ; et si vous n’aviez jamais été exposé qu’à leurs coups, vous marcheriez plus droit que vous ne faites.


Arlequin.

J’avoue, mademoiselle, qu’il y a quelque chose à