Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VI.

ROQUILLARD, ISABELLE, COLOMBINE,
MEZZETIN, en grivois, suivi de plusieurs hautbois
qui jouent une marche.



Mezzetin.

De la joie, de la joie, morbleu ! Vive la guerre ! (À Isabelle.) Bonjour, la belle ; n’êtes-vous pas la fille de notre hôte Monsieur Roquillard ?


Roquillard.

Oui, monsieur ; c’est ma fille, et je suis le maître.


Mezzetin, Allant sur lui.

Toi, le maître ? Par la mort ! Il faut que je t’assomme.


Colombine.

Ce n’est point ici une hôtellerie, monsieur.


Mezzetin.

Mon capitaine ? Le major de Bagnolet, va venir vous épouser par étape, et moi je prends déjà cette fille-là pour mon ustensile.


Colombine.

Il n’est pas dégoûté. Un ustensile comme moi n’est pas à l’usage d’un grivois.


Mezzetin, chante.

Dans le combat, je suis un diable ;
Mon nom de guerre est la Fureur :
Mais chez un hôte un peu traitable,
Je suis, par ma bonté, surnommé la Douceur ;
Pourvu qu’il me laisse égorger sa volaille,