Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Isabelle.

Colombine ! Colombine !


Scène V.

ISABELLE, OCTAVE, COLOMBINE.



Colombine.

Ouais ! Le mal est bien opiniâtre !


Isabelle.

Ah ! Que je suis malheureuse ! Il étoit revenu.


Colombine.

Hé bien ?


Isabelle.

Il m’a demandé ma main à baiser.


Colombine.

Hé bien ?


Isabelle.

Je n’ai pas voulu la lui donner.


Colombine.

Hé bien ?


Isabelle.

Et le voilà retombé.


Colombine.

Tant pis. Dans ces maux-là, les rechutes fréquentes sont dangereuses. Il ne faut pourtant pas laisser mourir un garçon pour une bagatelle. (À Isabelle.) Çà, votre main. (À Octave.) Çà, votre bouche. Cela ne vaut-il pas mieux que de l’eau de la reine d’Hongrie ? (On entend un hautbois.) Sauvez-vous ; voilà le Major qui vient.