Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Isabelle.

Ah ! Colombine, il n’en peut plus ; il s’est évanoui dans mes bras.


Colombine.

Un garçon qui s’évanouit dans les bras d’une fille ! Diantre ! Il court bien de ces maladies-là cette année.


Isabelle.

Ah, Colombine ! Que veux-tu que j’en fasse ? Il va me demeurer dans les mains.


Colombine.

Je vais chercher de quoi le faire revenir. Tenez-le toujours bien fort.


Scène IV.

ISABELLE, OCTAVE.



Isabelle, pleurant.

Je crois qu’il est mort.


Octave.

Pas encore tout à fait ; mais je mourrai bientôt, si vous ne me donnez votre main à baiser.


Isabelle.

Colombine dit que quand une fille a les mains prises, elle ne sauroit plus se revancher.


Octave.

Vous ne le voulez pas ? Ah ! Je n’en puis plus !… Je rends le dernier soupir !… Je suis mort.

(Il retombe.)