Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


co-, il faut bien que je m’aguerrisse à faire toutes sortes de personnages.


Scène II.

ISABELLE, OCTAVE.



Octave.

Enfin, charmante Isabelle, me voilà seul avec vous, et je puis en liberté…. (Il l’embrasse.)


Isabelle.

Oh ! Monsieur, point de libertés, s’il vous plaît. Comment ! Vous débutez par où les autres finissent !


Octave.

C’est le privilège de notre profession, mademoiselle ; et la liberté du geste est la plus belle partie du comédien.


Isabelle.

Une fille n’est donc pas en sûreté avec vous autres messieurs ?


Octave.

Ne craignez rien, belle Isabelle ; nous n’avons que l’extérieur de dangereux : notre science se borne à ébranler les cœurs, d’autres les emportent ; et tel ne dit mot dans une loge, qui a tout le profit d’une tendresse que l’acteur s’efforce d’émouvoir.


Isabelle.

Quand un comédien est fait comme vous, il a souvent la meilleure part dans la tendresse qu’il inspire.