Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Roquillard.

Hé ! Monsieur…


Arlequin.

Je n’ignore pas que la fille ne soit une fieffée coquette ; mais dès le lendemain de la noce je la fais mettre aux Magdelonettes.


Colombine.

Monsieur, monsieur…


Arlequin.

Je suis persuadé que la suivante est une carogne ; mais je lui donnerai tant de coups d’étrivières…


Roquillard et Colombine.

Monsieur, monsieur…


Arlequin

Ah ! Si vales, bene est ; ego quidem valeo. N’êtes-vous pas monsieur Roquillard ?


Roquillard.

Oui, monsieur ; il y a plus de soixante ans.


Arlequin.

S’il est ainsi, écoutez-moi beau-père, avant que d’entrer en matière, combien avez-vous de filles à me donner ?


Roquillard.

Comment donc ! Est-ce qu’il faut plusieurs filles pour faire une femme ?


Arlequin.

Vous ne savez donc pas que je suis philosophe, orateur, médecin, astrologue, jurisconsulte, géographe, logicien, barbier, cordonnier, apothicaire ? en