Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/40

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cuir doux et bien corroyé. Bon, bon ! Il y a bien de la comparaison !


Roquillard.

La coquine ! Je l’aime, que j’en suis fou. Bai… bai… baise-moi, friponne.


Colombine.

Oui, monsieur, que je vous baise ! Il y a je ne sais combien que vous m’amusez ; vous dites toujours que vous m’épouserez, et vous savez la peine que je prends à vous servir.


Roquillard.

Il faut se donner patience, tu es encore jeune.


Colombine.

Une fille, pendant ce temps-là, ne laisse pas de s’user ; c’est comme un carrosse qui dépérit autant sous la remise qu’à rouler.


Roquillard.

Va, va, ma bouchonne, console-toi ; si je ne t’épouse pas, je te laisserai quelque chose en mourant.


Colombine.

Dépêchez-vous donc, monsieur ; car j’ai bien de I’impatience de gagner une petite somme d’argent, afin d’avoir le moyen d’être honnête fille jusqu’à la fin de mes jours.