Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Colombine.

Diantre ! Voilà de beaux titres de noblesse, cent bois de cerf dans une famille ! Sans ceux qu’on y a introduits, et dont on n’a pas tenu de registre.


Roquillard.

Le malencontreux visage que ce baron de la Dindonnière ! Encore faut-il à ma fille un peu d’accointance, et cet homme-là seroit toujours à brosser dans les bois.


Colombine.

Ce ne seroit pas là le plus mauvais de l’affaire. Tandis qu’un mari court les bois, une femme peut chasser de son côté. Le meilleur gibier n’est pas toujours dans les forêts ; il y a telle bête à Paris que j’aimerois mieux avoir prise que vingt sangliers. C’est un friand morceau pour une femme qu’une hure de caissier bien gras.


Roquillard, s’adoucissant.

En sorte donc, Colombine, que cet homme-là n’est point de ton goût.


Colombine.

Non, ma foi ; et toute servante que je suis, je n’en voudrois ni pour or ni pour argent.


Roquillard.

Et moi, comment me trouves-tu ? M’aimerois-tu mieux que lui ?


Colombine, le caressant.

Mille fois. Vous êtes fleuri, mûr, belle barbe, le