Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/33

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VI.

MEZZETIN, avec une bandoulière de gibier, un grand cor,
et traînant un bouc par les cornes ;
ISABELLE, COLOMBINE.



Mezzetin.

Mademoiselle, je suis l’écuyer de monsieur le baron de La Dindonnière ; il vous envoie cette bête-là, en attendant qu’il vienne ici lui-même.


Isabelle, à part.

Si le maître est aussi bien fabriqué que l’écuyer, voilà de quoi faire un bel attelage.


Mezzetin.

On dit comme ça qu’il doit bientôt chasser sur vos terres. La chasse sera bonne dans ce canton-là ; car je crois que personne n’y a encore chassé.


Colombine.

Ma maîtresse est une terre conservée ; j’en réponds, et je suis le garde des plaisirs.


Mezzetin.

Dame ! Mon maître est un cadet bien découplé. Vous me voyez… Il est encore… quasi mieux fait que moi. (On donne du cor.) Tenez, le voilà.