Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pierrot.

Assurément. Tenez, monsieur, pour faire un mariage tout entier, il faut, en premier lieu, que le garçon le veuille ; en second lieu, que la fille y consente : or, je suis garçon ; j’ai déjà baillé mon consentement ; ainsi, vous voyez que c’est un mariage à moitié fait.


Roquillard.

Certes, voilà une affaire bien avancée ! Mais va-t’en dire à ma fille qu’elle se prépare de son côté.


Scène II.

PIERROT, seul.


Il n’y a que faire de l’avertir ; une fille est toujours prête quand c’est pour le mariage.


Scène III.

OCTAVE, ARLEQUIN, MEZZETIN.


Octave est instruit qu’il doit arriver un chasseur, un capitaine et un docteur chinois, pour demander Isabelle en mariage ; il détermine Arlequin et Mezzetin à se déguiser en ces différents personnages, et à les tourner en ridicule, pour dégoûter le père, et faire tomber son choix sur lui. Cette scène est tout italienne.