Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Pierrot.

Pensez, monsieur, que vous ne lui baillerez pas tous les quatre à la fois ; c’est trop pour une enfant.


Roquillard.

Outre ce, Isabelle a quelque bon vouloir pour un quidam nommé Octave, comédien italien de sa vacation.


Pierrot.

Fi ! Monsieur, ne donnez point votre fille à cette nation-là : avec eux les mariages ne tiennent point ; on dit qu’ils en font de nouveaux à chaque comédie qu’ils jouent.


Roquillard.

Ce néanmoins, je me sens de la propension pour le jeune homme ; et dès mon premier âge, j’ai pourchassé I’accointance de messieurs du théâtre, pour ce qu’ils sont volontiers courtois et joviaux.


Pierrot.

Si vous m’aviez averti seulement huit jours plus tôt que vous vouliez vous défaire d’Isabelle, je m’en serois accommodé avec vous ; mais j’ai commencé une fille d’un autre côté.


Roquillard.

Comment donc ?


Pierrot.

Oui, monsieur ; c’est une fille qui a plus de vingt mille écus, et je suis déjà à moitié marié.


Roquillard.

Est-il possible ?