Page:Regnard - Œuvres complètes, tome sixième, 1820.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je n’y avois pas remarqués. Ah, ah ! Je n’en puis plus, le cœur me manque.


Thalie.

Allons, allons, courage ; serrez-vous le nez, et avalez la médecine.


L’Auteur.

Ma comédie n’est pas même achevée ; il n’y a que quatre actes de faits.


Thalie.

Pourvu qu’il n’y ait que ce défaut-là, vous n’êtes pas à plaindre. C’est moi qui fais les lois de la comédie, et j’ordonne que ce prologue-ci passera pour un acte.


L’Auteur.

Ah, maudite comédie ! Tu seras cause de ma mort !


Scène VI.

THALIE, au parterre.


Messieurs, vous voyez bien que ce poète-ci n’a pas besoin de fort hiver. Si vous le carillonnez selon votre bonne et louable coutume, je vous le garantis défunt dans un quart d’heure : c’est à vous de voir si vous voulez charger votre conscience d’un poéticide.


FIN DU PROLOGUE.