Page:Recherches asiatiques, ou Mémoires de la Société établie au Bengale, tome 2.djvu/377

Cette page n’a pas encore été corrigée
347
DU ZODIAQUE INDIEN.

ont plus de trois mille ans d’antiquité. Ayant donc prouvé ce que je m’étois engagé à prouver, je terminerai cet essai par une observation générale. Le résultat des recherches de Newton sur l’histoire de la sphère primitive, fut « que l’usage d’observer les étoiles commença en Égypte du temps d’Ammon, et se propagea, au moyen des conquêtes, sous le règne de son fils Sisac, dans l’Afrique, l’Europe et l’Asie ; et que, depuis, Atlas forma la sphère des Libyens, Chiron celle des Grecs, et les Chaldéens une sphère de leur propre invention. » Or j’espère, dans une autre occasion, convaincre le public, comme je m’en suis convaincu moi-même, que l’usage d’observer les étoiles commença, avec les élémens de la société civile, dans le pays du peuple que nous nommons Chaldéen, d’où il se propagea dans l’Égypte, l’Inde, la Grèce, l’Italie et la Scandinavie, avant le règne de Sisac ou Sâcya, dont les conquêtes répandirent un nouveau système de religion et de philosophie depuis le Nil jusqu’au Gange, environ mille ans avant J. C. ; mais que Chiron et Atlas furent des personnages allégoriques ou mythologiques, et ne doivent point trouver place dans l’histoire du genre humain, lorsqu’on l’écrit sérieusement.