Page:Recherches asiatiques, ou Mémoires de la Société établie au Bengale, tome 2.djvu/360

Cette page n’a pas encore été corrigée
334
SUR L’ANTIQUITÉ

resplendit une montagne d’or : mais nous croyons que la terre a la forme d’un fruit de cadamba, ou d’un sphéroïde. Nous n’admettons que quatre océans d’eau salée ; nous leur donnons les noms des points cardinaux, et nous y plaçons plusieurs grandes péninsules, avec des îles innombrables. Ils vous diront qu’une tête de dragon avale la lune, et occasionne ainsi les éclipses ; mais nous savons que la prétendue tête et la prétendue queue du dragon ne signifient que les nœuds ou points formés par les intersections de l’écliptique et de l’orbite de la lune. En un mot, ils ont imaginé un système qui n’existe que dans leur imagination ; mais nous ne regardons comme vrai que ce dont on ne peut révoquer en doute l’évidence. Je ne compris pas parfaitement le vieux gymnosophiste, quand il me dit que le râsitchacra, ou cercle de signes (car il appeloit ainsi le zodiaque), étoit comme une fleur de dhoustoûra, voulant dire le datoura (mot où la prononciation sanskrite est adoucie), dont la fleur est conique, ou en forme d’entonnoir. Je crus d’abord qu’il faisoit allusion à une projection de l’hémisphère sur le plan du colure, et à l’angle formé par l’écliptique et l’équateur ; mais un astronome plus jeune, nommé Vinâyaca, qui vint me voir ensuite, m’assura qu’ils entendoient seulement la bouche circulaire de l’entonnoir, ou la base du cône, et qu’il étoit d’usage, parmi leurs anciens écrivains, d’emprunter des fruits et des fleurs les dénominations de plusieurs figures planes et solides.

Ces deux Brahmanes m’apprirent les détails curieux qu’on va lire ; et vous pouvez compter sur l’exactitude avec laquelle je vous les répète, puisque je les écrivis en présence du jeune, et que je corrigeai mes notes jusqu’à ce qu’il eut déclaré qu’elles étoient fidèles, lis partagent, comme nous, un grand cercle en 3 60 degrés, qu’ils nomment ansas, ou portions ; et ils assignent trente de ces portions à chacun des douze signes, dans l’ordre suivant :

1. Méchâf le belier. 3. Mithouna, le couple. 5. Sinha, le lion.
2. Vricha, le taureau. 4. Carcata, l’écrevisse. 6. Canyâ, la vierge.