Page:Ratisbonne - Au pays des âmes, 1870.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


C’est le seuil de tout mal et le seuil de tout bien :
L’éternité commence, et la vie est finie !


une ombre.

Finie ! Ah ! que dit-il ?… Un jour encore, un seul !
Laisse-nous repousser cet horrible linceul !
Ministre de la Mort, ailé comme un bel ange,
Pitié !


l’ange.

Pitié ! La Mort m’attend pour une autre vendange !

(Il disparaît.)

l’ombre.

Au secours ! mes parents, mes frères, mes amis !
Ne me laissez pas mort et les yeux endormis !


deuxième ombre.

Chère clarté du jour, volupté de la vie !
Déjà ! se pourrait-il ! et pour jamais ravie !


première ombre.

Au secours ! je veux vivre et respirer ! Je veux