Ouvrir le menu principal

Page:Ramsay - Les Mesures de quantités infinitésimales de matières.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.
440
RAMSAY

ressort des expériences que nous avons faites que cette pénétration dépend non seulement de la vitesse, mais aussi de la grandeur et de la forme des molécules. Ainsi l’hélium, mêlé au niton, pénètre dans le verre plus que le néon ; et le néon, plus que l’hydrogène.

Quoi qu’il en soit, nous avons chauffé le tube dans une petite éprouvette en silice, entourée d’un second tube pour empêcher l’entrée des gaz de la flamme ; nous avons enlevé les gaz à la pompe, et, au moyen de charbon refroidi, nous avons absorbé l’oxygène que nous avons introduit tout d’abord, pour déplacer l’air, qui pouvait contaminer les gaz avec une trace de néon et d’hélium. Le résidu mesurait 0mm³,042 ; son spectre était celui de l’hélium pur ; et son poids était de 8 millionièmes. Ajouté au poids déjà déterminé à la balance, la somme est de 35 millionièmes, ce qui ne diffère que de 3 millionièmes du chiffre calculé dans l’hypothèse que chaque atome de niton, en se désagrégeant en radium D, laisse échapper trois atomes d’hélium, c’est-à-dire trois particules α.

Notre premier but était de découvrir le vrai poids atomique du niton ; pour réussir, nous en avons introduit, dans cinq expériences, des quantités variant entre 0mm³,075 et 0mm³,0566 dans des tubes à densité, comme je vous l’ai déjà décrit. Ce sont les volumes actuellement enlevés des tubes à la pompe ; il va sans dire qu’il était nécessaire de faire des corrections pour les pertes du niton dues à sa décomposition spontanée partielle en des produits solides, et pour la partie qui avait pénétré dans les parois, soit sous sa propre forme, soit sous forme d’hélium. Les poids que nous avons posés étaient de 572 jusqu’à 739 millionièmes de milligramme. Les poids atomiques trouvés étaient 227, 226, 225, 220 et 218 ; en moyenne, 223. Se basant sur les déterminations de Mme Curie et de Sir Edward Thorpe pour le poids atomique du radium, et en soustrayant celui de l’hélium, 4, nous arrivons au poids atomique du niton 222,4, concordance assez satisfaisante.

Qu’il me soit permis de vous résumer encore une expérience, faite par MM. Cuthbertson et Porter, de l’Institut de Physique, à University College. Il s’agit de trouver l’indice de réfraction du niton, en employant moins d’un dixième de millimètre cube de ce gaz. Au bout d’un tube capillaire scellé, on a poli deux surfaces, parallèles à l’axe du tube, et on a percé le tube d’un petit trou, perpendiculaire aux surfaces ; en collant sur ces surfaces deux plaques de verre poli, on a une petite chambre d’environ 1 millimètre cube de capacité.