Page:Rameau - La Vie & la Mort, 1888.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


JEUX D’ENFANTS


 
Ô mon tout petit fils, ô mon tout petit nous :
Chose faite de moi, d’Elle ! chose bénie !
Chose que l’on voudrait regarder à genoux,
Silencieusement dans l’extase infinie,

Ô mon tout petit fils, je vous vois là, ce soir,
Philosophiquement sucer un pouce rose,
Et chercher à saisir, sur un grand mur tout noir,
Un tout blanc rayonnet de soleil qui se pose.

Oh ! le beau rayonnet ! Et vos doigts ingénus
Avec un mouvement si drôle, ô Dieu, si drôle !
Tapent le grand mur noir par petits coups menus
Pour prendre le rayon merveilleux qui le frôle.

Chimères ! beaux rayons ! l’on ne vous saisit point !
Et vous alors, mon fils, navré, rempli d’alarmes,
Voyant qu’on ne peut prendre un rayon dans le poing,
Vous plissez votre bouche et vous fondez en larmes !

Ô mon tout petit fils, ne pleurez pas ainsi !
Oh ! non ! je pleurerais comme vous, moi, Poète !
Moi qui passe mes jours à vouloir prendre aussi
Les rayons de soleil qui traversent ma tête !