Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entre celui qui l’est le plus et celui qui l’est le moins.

Le soufre, la soie, les fourrures, le verre, le cristal de roche, le diamant et les autres pierres précieuses, les résines, telles que la gomme laque, la cire à cacheter, sont mauvais conducteurs de l’électricité.

Les métaux, les substances animales et végétales, le globe terrestre, les liquides en général et la vapeur d’eau sont de bons conducteurs de l’électricité.

Il est à remarquer que l’humidité rend bons conducteurs tous les corps ; ceux que l’on veut électriser par le frottement ou de toute autre manière, doivent donc être chauffés préalablement ou séchés d’une manière quelconque, pour être privés de toute humidité ; car l’électricité se conserve longtemps dans l’air, ou dans un gaz sec, mais elle se dissipe promptement dans les mêmes gaz humides.

On sait que les machines électriques sont des instruments destinés à développer de grandes quantités de fluide électrique ; elles se composent principalement : 1° d’un corps frotté, 2° d’un corps frottant, 3° d’un conducteur isolé.

Quand une personne monte sur un tabouret isolé, et qu’elle est mise en communication avec la machine électrique, elle s’électrise en même temps que les conducteurs de la machine ; ses cheveux se hérissent et pétillent ; chargés de la même électricité, ils se repoussent dans tous les sens. En approchant le doigt de la personne ainsi électrisée, on peut tirer des étincelles de toutes les parties de son corps, comme si elle était un conducteur de la machine électrique.