Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/5

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lettre
de
m. babinet à l’auteur.

Mon cher Rambosson,

J’ai parcouru avec le plus grand intérêt les épreuves de votre ouvrage sur les Météores, et je vous en fais mes sincères félicitations.

Cette science, comme vous le dites très bien, n’est encore qu’à l’état d’ébauche, mais votre méthode, votre travail consciencieux, contribueront certainement à ses progrès.

Vos observations personnelles en éclairent plusieurs parties, entre autres celle des ouragans. Vous avez été à même, pendant vos nombreux et lointains voyages, de constater à diverses reprises leurs lois si bien formulées maintenant, et que vous avez grandement contribué à faire connaître par vos communications à l’Institut.

Vous avez fait un beau et bon livre, qui sera utile non seulement aux gens du monde, mais même aux savants.

Personne plus que moi, qui suis vos efforts incessants depuis près de vingt ans, n’est heureux de voir la place honorable que vous avez su vous créer dans la science en dehors de toute coterie.

Votre ami,
Babinet, de l’Institut.

Ce 24 août 1868.

Cette lettre du savant éminent, du vulgarisateur incomparable qui avait bien voulu parcourir les épreuves de notre ouvrage, est maintenant pour nous, non seulement un encouragement, mais aussi un touchant et précieux souvenir d’un maître illustre et regretté.