Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/447

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


secoué sans avoir aucune espèce d’avarie. Ce tremblement de terre eut lieu le 30 décembre 1836, à quatre heures du matin. »

L’observation de ce phénomène, éprouvé à la même heure et dans les mêmes circonstances atmosphériques, est très remarquable.

Lors de la découverte de l’île de Madère, les Portugais de Puerto-Santo racontaient comme une vérité constante, qu’au sud-ouest de l’île on voyait sans cesse des ténèbres impénétrables qui s’élevaient de la mer jusqu’au ciel, et qu’elles étaient accompagnées d’un bruit effrayant, qui venait de quelque cause inconnue.

Comme on n’osait encore s’éloigner de terre, faute d’astrolabe et d’autres instruments dont l’invention est postérieure, et qu’il était presque impossible, après avoir perdu de vue les côtes, d’y retourner sans un secours providentiel, cette profonde obscurité, attribuée à des causes inconnues, épouvantait les matelots et donnait lieu à toutes sortes de conjectures dignes des Mille et une Nuits.

Les phénomènes qui effrayaient ces parages n’étaient autre chose que des volcans sous-marins qui ont bouleversé ces mers à diverses époques.