Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/441

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dans ceux de l’époque moyenne, le cratère commence à s’effacer, les scories sont devenues pulvérulentes, les eaux ont creusé de profonds vallons dans les laves, et celles-ci se trouvent souvent par là suspendues au sommet des collines.

Enfin, les plus anciens de tous n’ont laissé ni cratère ni scories, et leurs laves sont recouvertes de couches nombreuses de pierres ou bien elles y sont mêlées.

XII.

Plusieurs montagnes embrasées présentent quelquefois des phénomènes analogues à ceux des volcans, lors même qu’elles n’ont aucun rapport avec eux. Des montagnes, composées de houille ou d’autres matières combustibles auxquelles le feu a été communiqué, se consument lentement et ne présentent ni laves ni cratère. Voici un exemple de ce genre, qui se trouve dans le département de l’Aveyron :

Pendant longtemps, dit un ingénieur du département, on a regardé cet incendie comme un événement malheureux qui consumait la houille et bouleversait le sol ; mais ensuite parmi les débris on a remarqué des masses riches en sulfate d’alumine et en alun tout formé : alors on a élevé une usine ; une exploitation florissante s’est établie dans des lieux qui ne présentaient que la triste image de la dévastation, le silence et la stérilité ; on a arraché les produits du feu, et on a reconnu