Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/427

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


porté à trois lieues une pierre d’environ cent mètres cubes.

Ces régions fécondes en prodiges sont dignes de la curiosité des voyageurs, surtout de ceux qui aiment les terribles beautés. Aussi me suis-je empressé de faire l’ascension du Vésuve à mon passage à Naples, le 30 avril 1865, et de voir par moi-même toutes les particularités de ce célèbre volcan.

HistoireDesMétéores - p427.jpg
Fig 82. — Cratères du Vésuve.

Je pris un excellent guide à Portici ; il attira mon attention sur les choses les plus remarquables ; il me fit avancer près d’une large galerie de laquelle sortait une fumée chaude et sulfureuse : en prêtant l’oreille à son ouverture, on entendait la lave bouillonner au fond des