Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur le Soleil ; alors, la chaleur engendrée par cette rencontre serait égale à la chaleur développée par la combustion de 5 600 globes de charbon solide égaux en volume à la Terre. On peut voir sur ce sujet l’excellent ouvrage de M. Tyndall : la Chaleur, traduit de l’anglais par M. l’abbé Moigno, sentinelle avancée des découvertes

HistoireDesMétéores - p42.jpg
Fig. 7. — Appareil de M. Tyndall pour montrer la chaleur créée par le travail détruit[1].

scientifiques. Ces calculs peuvent nous donner une idée des flots de lumière imprévue que peut jeter l’étude de la transformation des forces sur des questions jusqu’à

  1. Explication : t est un tube de cuivre, fermé à sa partie inférieure, auquel on peut communiquer un mouvement très rapide de rotation à l’aide d’une roue à manivelle R et d’une courroie. Si, pendant qu’on fait tourner le cylindre t avec une grande vitesse, on le serre au moyen d’une pince en bois P, de manière à déterminer un frottement un peu énergique, ce cylindre s’échauffe d’une manière très sensible. Pour rendre l’expérience plus frappante, on le remplit à peu près avec de l’eau, et au bout de quelques instants la vapeur produite projette le bouchon qui le ferme.