Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/406

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


temps de se sauver dans la campagne. Un bruit semblable à celui de plusieurs chars roulant sur un pont de pierre, dit Spallanzani, préluda au tremblement de terre qui détruisit Messine en 1755 ; rien cependant n’annonça celui qui bouleversa Lisbonne la même année.

Dans une note à l’Académie des sciences, M. Audrand faisait remarquer que chaque fois qu’un tremblement de terre a lieu, il est à présumer qu’une inondation se sera produite quelque part. Chaque fois qu’un fleuve déborde et inonde ses rives par des crues soudaines, il faut tenir pour certain, d’après lui, qu’un tremblement de terre se sera manifesté en même temps dans quelque région.

Quelques savants rattachent à l’état sphéroïdal de la masse incandescente du globe la cause des tremblements de terre et des éruptions volcaniques.

Chacun a remarqué que lorsque l’on répand de légères gouttes d’eau sur un fer rouge, cette eau se réduit en petites boules et sautille sur le fer, c’est ce qu’on appelle l’eau à l’état sphéroïdal, et l’on dit qu’un corps est à l’état sphéroïdal lorsqu’il présente un phénomène analogue. Cet état est une quatrième modification de la matière, spécialement étudiée par M. Boutigny, d’Évreux, qui a publié un volume plein de riches aperçus et de conséquences fécondes sur cette nouvelle branche de la science.

Si dans une chaudière, par exemple, on fait passer de l’eau à l’état sphéroïdal, et si l’on en verse tout à coup quelques grammes de plus, l’eau s’étale dans la chaudière, et s’évapore presque instantanément ; ou bien si, au lieu de verser de l’eau, on éteint le feu, la chaudière se refroidit, elle perd la force répulsive, l’eau revient à