Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/394

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle est accompagnée d’un bruit qu’ils ont tous également et unanimement comparé à celui d’un van lorsqu’on vanne le blé. »

HistoireDesMétéores - p394.jpg
Fig 73. — Aurore boréale du 31 octobre 1853.

Wargentin rapporte, dans le quinzième volume des Transactions de Suède, que deux de ses élèves, le docteur Gisler et M. Helland, qui avaient longtemps habité le nord de ce royaume, firent à l’Académie de Stockholm un rapport dont voici les principaux passages :

« La matière des aurores boréales descend quelquefois si bas, qu’elle touche le sol ; au sommet des hautes montagnes, elle produit sur le visage des voyageurs un effet analogue à celui du vent.