Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/349

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du premier conducteur et portée sur le second conducteur, où la foudre se neutralise, en d’autres termes, du pôle positif au pôle négatif, comme dans les opérations de galvanoplastie.

VII.

Nos lecteurs seront peut-être curieux de connaître le danger réel auquel on est exposé en présence de la foudre. Voici une statistique qui pourra leur en donner une idée :

Il résulte d’une note présentée à l’Académie des sciences, par M. le docteur Boudin, les renseignements qui suivent sur des accidents de la foudre, et qui ne sont pas sans intérêt. Dans la période comprise entre les années 1835 et 1863, c’est-à-dire en vingt-neuf années, on a compté en France 2 238 personnes tuées raide par la foudre. Le maximum annuel a été de 111, le minimum de 48 ; mais si l’on joint le nombre des blessés à celui des morts, le nombre total des victimes de la foudre dépasse 6 700, et la moyenne par an est de 230. Les personnes du sexe féminin paraissent beaucoup plus à l’abri des atteintes du fluide que celles du sexe masculin : ainsi sur 880 victimes frappées de 1854 à 1803, il n’y en a que 233, moins du tiers, appartenant au premier sexe. Et ce qui tendrait à prouver qu’il y a là une immunité particulière, celle des vêtements de soie par exemple, c’est que dans plusieurs cas la foudre, en tombant sur des