Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/321

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Or, apercevoir les Apalaches de l’Amérique, situées à 1 000 lieues, était assurément le plus émouvant et le plus merveilleux résultat de réfraction qui jamais se fût produit.

« Les montagnes Apalaches dont nous avons parlé, connues aussi sous le nom d’Alleghany, sont situées dans l’Amérique du Nord, et s’étendent des frontières de la Géorgie au cap méridional de l’embouchure du Saint-Laurent. Cette chaîne se dirige du sud-ouest au nord-est. Sa longueur est de 1 600 kilomètres, et elle forme une masse non interrompue, dont les points les plus élevés sont de 800 mètres environ. Leur distance du rivage de l’Océan est de 80 kilomètres. »

V.

M. Bigourdan a lu, il y a quelques années, à l’Académie des sciences, un long et intéressant mémoire sur des phénomènes de mirage observés à Paris, dont voici le résumé :

Le soubassement sud-ouest de la Bourse de Paris, que l’auteur appelle le mur méridional, est formé d’un mur vertical en pierre de taille, sans aucune partie saillante, dans une étendue d’environ 78 mètres. Lorsque, entre midi et trois ou quatre heures, ce mur est frappé par les rayons solaires, il présente les phénomènes du mirage avec une grande intensité. Si un observateur place son œil un peu en avant du prolongement du mur, il voit sa surface disparaître tout à coup, et un peu en avant de la sur-