Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est Stauffacher avec son canot ; cet homme loyal ne se fait pas longtemps attendre. »

M. Martin de Brettes vient de communiquer à l’Académie des sciences l’observation détaillée d’un arc-en-ciel lunaire observé à la Roche, commune de Saint-Just (Haute- Vienne) : « La couleur de l’arc, dit-il, était vert jaunâtre, tirant extérieurement sur le rouge et intérieurement sur le violet. Ces couleurs extrêmes étaient peu apparentes, et ne devenaient visibles que lorsque l’observateur avait regardé avec attention l’arc-en-ciel pendant quelques instants.

« Cet arc-en-ciel lunaire était enveloppé par un second, distant d’environ 5 degrés ; mais on ne distinguait dans ce second arc que la couleur vert jaunâtre, et encore partiellement et en regardant avec attention[1]. »

À l’île de la Réunion, où le ciel est si pur, où les nuits sont si resplendissantes, j’ai été à même d’observer quelquefois des arcs-en-ciel lunaires d’une grande netteté.

La cause du phénomène étant connue, on conçoit d’ailleurs, a priori, que les phases diverses de la lune ne peuvent influer que sur son intensité.


  1. Comptes rendus de l’Académie des sciences, 1876, 2e semestre.