Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Piddington a donné dix-huit mémoires sur diverses tempêtes dans le Journal de la Société asiatique du Bengale, vol. in-8° (1839) et vol. in-18 (1849). — Il a écrit ensuite le Guide du marin (1848, 1re édition), qui résume les lois des tempêtes dans toutes les parties du monde, ainsi qu’un autre ouvrage, intitulé Guide pour les ouragans de la Chine et de l’Inde, qui a eu le plus grand succès. — M. Piddington, président de la cour maritime de Calcutta, a mis dans ces ouvrages à peu près tout ce que l’on connaît sur les ouragans, et indique les règles à suivre pour ne pas être victime de ces redoutables météores.

Bousquet a publié la Science des tempêtes, ou Guide du navigateur, à l’île Maurice, en 1849 ; Keller a fait paraître à Paris son livre Des ouragans, tornados, typhons et tempêtes. — On pourrait citer beaucoup d’autres savants qui ont également contribué au développement et à la vulgarisation des lois des ouragans : tels sont MM. Evans, en Amérique ; Dove, à Berlin ; Brewster, à Édimbourg ; Erpy, en Amérique (Boston) ; Alex. Thom et Ryder, en Angleterre ; van Delden, en Hollande, etc., etc.

III.

Ainsi, on le voit, nombre de savants ont fait une étude spéciale, approfondie et minutieuse des lois des ouragans, et des moyens de prévenir les fureurs dévastatrices de ces terribles météores, et les ont formulés avec une exactitude parfaite. Ces lois et ces moyens sont très simples et à la