Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/242

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre xii.
les trombes.

Typhon des Grecs. — Passage de Pline. — Ty-fong des Chinois. — Trombe sous un ciel sombre ou sous un ciel serein. — Décharges de canon pour rompre les trombes. — Plusieurs faits curieux. — Analogie des effets produits par les trombes et par la foudre. — Tornados. — Les trombes à l’Académie des sciences pendant les années 1875 et 1876.

I.

Une trombe est un tourbillon rapide, parcourant souvent une grande étendue de pays, en tournoyant avec un bruit que l’on peut quelquefois comparer à celui d’une voiture pesante roulant sur un chemin pavé.

On nomme trombes d’air celles qui ont lieu sur la terre, trombes marines celles qui apparaissent sur les mers, et trombes d’eau celles qui se dressent au-dessus des lacs et des rivières. On donne aussi quelquefois aux trombes les noms de typhons et de syphons.

Aucune partie du globe n’est à l’abri de ce redoutable phénomène. Tantôt il absorbe les eaux de l’Océan, entraîne et fracasse les vaisseaux qu’il rencontre sur son passage ; tantôt il dessèche les lacs et les étangs, soulève