Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/211

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


côté du globe, éprouvant une action oblique de la part de la lune, augmentent de pesanteur et tendent plus fortement vers le centre de la terre. En même temps, les parties de la mer diamétralement opposées au point attiré par la lune, étant moins attirées par cet astre que le centre de la terre, parce qu’elles en sont plus éloignées, se portent moins vers cet astre que le centre de la terre, ce qui permet à la mer de s’élever aussi du coté opposé à la lune, et à l’Océan de présenter le phénomène des marées dans deux hémisphères opposés (fig. 44).

HistoireDesMétéores - p211.jpg
Fig. 44. - Phénomène des marées.

La force attractive que le soleil exerce sur la terre, quoique trois fois moindre que celle de la lune, suffit cependant pour produire un flux et un reflux.

On peut donc distinguer deux sortes de marées : les marées solaires et les marées lunaires.