Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grande partie de notre globe sont fortement salées, amères et nauséabondes. Pour expliquer leur salure, on a supposé qu’à l’époque où les eaux couvraient toute la terre, elles ont dissous des masses de sel situées à la surface du globe ; on l’attribue également à des bancs inépuisables de sel que renfermait l’Océan.

HistoireDesMétéores - p204.jpg
Fig. 42. — Phare à l’entrée d’une baie.

II.

L’eau de la mer, transparente et incolore lorsqu’on l’observe en petite quantité, présente, vue dans ses pro-