Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/191

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un magasin à poudre à l’aide d’un morceau de glace.

En Sibérie, on fait des fenêtres de glace en coupant les glaçons d’une certaine grandeur et épaisseur, comme des carreaux de verre, et en les appliquant aux cadres ou aux ouvertures auxquels ils sont destinés. Ces glaçons ne se fondent pas, quoique la chambre soit fort échauffée, parce que l’air extérieur en maintient toujours la consistance.

En hiver, les vitres se couvrent de glace au dedans et non pas au dehors. Ceci s’explique facilement : l’air de l’appartement, étant plus chaud que l’air extérieur, laisse retomber les vapeurs qu’il contient ; ces vapeurs s’attachent aux vitres, et, pendant la nuit, l’air se refroidissant elles se gèlent et forment ces belles ramifications que tout le monde connaît.

IX.

Le givre ou la gelée blanche, que l’on nomme aussi frimas, n’est que la rosée congelée sur les corps, descendus, par le refroidissement de la nuit, à la température de la glace. Le givre s’observe dans nos climats, pendant les fraîches matinées du printemps et de l’automne.

Le verglas est une couche de glace, unie, mince et transparente, formée par la pluie congelée sur le sol à mesure qu’elle tombe. Il se produit lorsque l’air est assez chaud pour donner naissance à la pluie, et le sol assez froid pour congeler cette pluie au moment où elle touche la terre.

Cependant, une nouvelle théorie a été émise dans le