Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/144

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu'à l'aide d'appareils qui lui fourniront tout à la fois une pression et une respiration artificielles ; quelques inventeurs déjà sont en bonne voie pour cette ingénieuse réalisation.

VIII.

On a essayé de purifier l’air au moyen du charbon.

Une des propriétés les plus curieuses du charbon de bois, et que tout le monde connaît, est celle d'absorber une grande quantité de gaz ; il est pour les gaz ce que l'éponge est pour l'eau : il peut en absorber jusqu'à quatre-vingt-dix fois son volume ; c'est ce qui le rend propre à désinfecter les matières en putréfaction.

Par suite d'observations qui lui sont propres, M. Stenhouse, membre de la Société royale de Londres, a construit une sorte de filtre à air, propre à désinfecter ce fluide élastique. Ce filtre peut être employé pour l'assainissement des habitations, des navires, des bouches d'égoût, etc. Il consiste en une couche mince de charbon pulvérisé, enfermé entre deux toiles métalliques.

Un de ces appareils a été établi dans la salle d'audience, à Mansion-House, où l'air, puisé dans une rue fort étroite, était tellement vicié par des émanations provenant de plusieurs causes voisines d'infection qu'on ne cessait de s'en plaindre. Or, depuis que l'air du ventilateur traverse le filtre, l'atmosphère de la salle est complètement purifiée.

M. Stenhouse a de même appliqué ce principe à la