Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


3 910 mètres au-dessus du niveau de la mer, de Saussure et ses guides souffrirent d’essoufflement, et ne purent se livrer pendant quelques minutes au moindre exercice.

HistoireDesMétéores - p142.jpg
Fig. 28. — Oiseau sous la cloche de la machine pneumatique.

À mesure que l’on s’élève, il devient nécessaire de suspendre le mouvement à des intervalles de moins en moins éloignés. Dans l’immobilité, on n’éprouve aucune gêne de la respiration ; on peut causer sans plus de fatigue que dans la plaine, bien que l’on soit naturellement entraîné à parler plus haut ; on peut même fumer sans la moindre peine ; mais on ne peut courir ou marcher, surtout en montant, plus de quelques instants.

Souvent aussi un trouble des fonctions digestives, analogue au mal de mer, se manifeste d’une manière plus ou moins grave, suivant les individus ; il comprend toutes les phases, depuis la simple diminution de l’appétit jusqu’au vomissement.

On peut reproduire ces phénomènes à volonté chez