Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/119

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prend, par exemple, une aiguille aimantée, et qu’on l’approche sur son pivot de la pelle ou de la pincette du foyer, ou de l’espagnolette d’une croisée, on verra le même pôle attiré par une extrémité de la barre et repoussé par l’autre.

Il serait même difficile de trouver un seul morceau de fer ou d’acier qui ne donnât des signes semblables de magnétisme.

Cette aimantation par influence est plus frappante encore lorsque, après l’avoir constatée dans une barre de fer tenue dans une position verticale, on retourne celle-ci sens dessus dessous ; car alors ses extrémités changent de pôle en même temps que de position.

On appelle fantôme magnétique, les figures que l’on obtient en projetant sur une lame de verre, sous laquelle on a placé un aimant, une poudre magnétique, telle que de la limaille de fer ou la battiture de ce métal réduite en poudre. On obtient ces figures dans toute leur beauté en employant un verre mince, qui favorise l’action de l’aimant, et en imprimant au verre quelques chocs légers, qui déterminent des vibrations propres à soustraire momentanément la limaille à l’action de la pesanteur.

IV.

Une des applications les plus belles et les plus fécondes en résultats qui aient été faites des propriétés magnétiques, c’est la boussole, guide des navigateurs à travers les écueils et les tempêtes de l’Océan.