Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/111

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ville de Lydie, située au pied du mont Sipyle, où l’aimant se rencontre en abondance.

« Examinons maintenant, dit Lucrèce, en vertu de quelle loi naturelle le fer peut être attiré par cette pierre que les Grecs ont nommée, dans leur langue, magnétique, du nom des Magnésiens, dans le pays desquels on la trouve :

HistoireDesMétéores - p111.jpg
Fig. 20. — Aimantation par influence.

« Cette pierre est une merveille pour les hommes ; elle a la propriété de former une chaîne d’anneaux suspendus les uns aux autres sans aucun lien. On voit quelquefois jusqu’à cinq chaînons et même plus s’abaisser en ligne droite, flotter au gré de l’air, attachés l’un sous l’autre et se communiquant mutuellement la vertu attractive de la pierre, tant la sphère de son activité est étendue. » (Liv. VI.)