Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


verre ou celle qui lui est identique, et électricité résineuse celle qui se développe sur la résine ou celle qui lui est identique ; car tous les corps électrisés présentent l’une ou l’autre de ces deux électricités.

L’électricité vitrée s’appelle aussi électricité positive, et l’électricité résineuse électricité négative. Ces dernières dénominations, plus exactes que les premières, viennent d’un système imaginé par Franklin, où l’on essayait d’expliquer tous les phénomènes par une seule électricité, que l’on supposait tantôt en plus, tantôt en moins. Quoique ce système soit généralement abandonné, on en a conservé les dénominations, qui indiquent très bien deux propriétés contraires.

V.

Cet agent n’agit pas toujours avec la même force ; une observation attentive et des expériences sûres, ont fait connaître que les attractions et les répulsions électriques varient suivant les distances et les quantités d’électricité, d’après les deux lois suivantes :

Les attractions et les répulsions électriques sont en raison directe des quantités d’électricité ; c’est-à-dire que s’il y a 2, 3, 4, etc., fois plus d’électricité, les corps seront 2, 3, 4 fois plus attirés ou repoussés.

Les attractions et les répulsions électriques sont en raison inverse du carré des distances ; c’est-à-dire que si la distance est 2, 3 ou 4 fois plus grande, les attractions et les répulsions seront 4, 9 ou 16 fois moindres.